lundi 15 janvier 2018

Dialogue de cordes


Ropes : Philip Ann, pic : Gil Koot, model : me


"Tu mouilles dès que je t'attache, hein, petite rebelle, petite salope...."
Je le regarde à travers mes cheveux, en souriant, sans rien dire.
Quelques coups de cravache pleuvent sur mes cuisses.
"Ca sent la cyprine à plein nez !"
Cette fois, je relève la tête, plus louve sauvage que tendre agnelle, et je lui susurre, avec un regard appuyé et une voix de gorge : "J'aime ça, moi, sentir la salope excitée !"

Pour ce qui est de me faire honte...je crois que c'est encore raté ^^ !

dimanche 7 janvier 2018

Moi, mes attacheurs, ma mère....


     Dans la salle de bains de l'appartement parisien de ma mère,  très tard dans la nuit, après une belle journée de cordes et trois suspensions....
     Au moment où ma maman passe une tête ensommeillée par la porte, je constate dans le miroir que j'ai à la base du cou une magnifique marque de corde....Ah cette troisième corde de Naka Akira !

mardi 2 janvier 2018

Un soir d'hiver....



Lui (qui a attaché ma culotte de telle manière que mon intimité est totalement exposée à la vue de tous) : "Tu as honte, hein ?'
Moi, plus brat que jamais : "Nan !"
Lui (j'entends le rire étouffé dans sa voix) : "Mais si tu as honte ! Et en plus tu es épilée, tout le monde voit tout !"
Moi (relevant la tête sous mes cheveux dénoués , pour planter mon regard dans le  sien, avec un large sourire) : "Nan ! " Et dans un murmure, à part : "Tu sais bien que je n'ai jamais honte..."

Plaisir de la complicité retrouvée, de ce jeu qui nous amuse depuis que nous nous connaissons, mais auquel nous n'avions plus joué depuis bien trop longtemps....


mardi 5 décembre 2017

Chaussure à son pied :-)

"C'est un peu limite, tes chaussures !"
"Limite ?" Dubitative, elle regarde ses jolis escarpins à bride, avec leur talon de 10 cm tout de même.....Un moment déjà qu'elle est nue à ses pieds, juste vêtue de sa candeur et de son porte-jarretelles noir orné de bas fantaisie avec les fameuses chaussures aux pieds.
"Limite basse, tu veux dire ?"
"Oui"
Debout devant lui, faussement contrite, elle baisse les yeux, le nez dans son t-shirt et murmure : "Pardon, Monsieur, je mettrai de plus hauts talons la prochaine fois...."
Il la regarde, avec un sourire amusé..."La prochaine fois... ?"
Elle comprend le message et toujours friponne, choisit sa plus haute paire : 16 cm, qui la met à la même hauteur que lui, et même un peu plus....Sensation étrange et inhabituelle....Mais plaisir de lui offrir cette image-là, quand il la fouettera un peu plus tard, bras levés et attachés au-dessus de la tête, proie consentante et envolée si haut, si loin.....

dimanche 3 décembre 2017

Merci !



Plus de 10000 pages lues en deux ans.... Merci à mes lecteurs de donner vie à ce blog dans lequel je n'écris plus que rarement, non que je n'ai plus rien à dire, mais parce que je n'écris quasiment plus que pour un seul, lui rendant compte des moments intenses que je vis grâce à lui.

jeudi 12 octobre 2017

Petite madeleine.....

Une photo au hasard du Net,  qui réveille des souvenirs pas si anciens....Je sens l'odeur et le contact du  cuir.... Je frissonne, retrouvant cette appréhension joyeuse qui me saisit dès qu'il ferme les bracelets de cuir sur mes poignets, prémices à une séance de fouet dont je sais d'avance qu'elle va m'emporter sur des hauteurs vertigineuses où n'existeront plus que les claquements du cuir sur mon corps, cette musique qui me fait danser, perdue dans une bulle où nous sommes seuls, celui qui tient le manche et moi.... Bras levés au-dessus de la tête, si  fragile et pourtant souveraine, offerte et fière d'être digne du plaisir que je sais lui donner. et si heureuse de celui qu'il me donne....Je languis de la brûlure qui rayonne sur  ma peau, de la douleur qui se propage en cercles concentriques, comme un caillou qui ricoche sur l'eau....

lundi 31 juillet 2017

Un week-end au Luxembourg et en Belgique (1) :Zen Ropes project

Dimanche 09 juillet 2017

     De ce week-end étrange et intense passé au Luxembourg, je retiendrai d'abord le projet final de notre hôte, maskandmirror. Ses explications nous laissent d'abord tous perplexes : il s'agit pour les attacheurs et attacheuse d'encorder leurs attachées, et de les relier entre elles, avant d'être eux-mêmes attachés par Mask afin de créer une synergie entre tous, à travers une "toile" de cordes, avec l'idée de nous relier également au passé ouvrier du lieu, une ancienne gare minière.  
      Une fois que nous avons compris l'idée générale, chacun(e) attache son modèle sur les restes des machines anciennes exposées là. Mon attacheur se débrouille tout de même pour me faire "souffrir" discrètement, les "zen ropes" ne l'inspirant que très modérément....Les rires et les plaisanteries fusent rapidement, et après deux jours plutôt mitigés en termes d'humeur, tout le monde semble se détendre. Très vite, chacun(e) s'amuse à bouger dans ses cordes et à repérer avec qui s'établit un contact.... Puis nous modulons plusieurs "aum" sonores et vibrants. Je ressens le flot d'énergie positive qui circule entre nous, une  impression magique qui me plonge toujours dans une douce euphorie, et me "porte", comme si un courant lumineux parcourait le réseau de cordes, de l'un à l'autre et de l'autre à l'un, la boucle bouclée....
          Et les regards et les sourires que nous échangeons tous sont un autre moyen de créer le lien. Esthétiquement, la structure souffre sans doute de la défection de 3 invités qui n'ont finalement pu venir....Mais pour ce qui est de la connexion entre nous 6, le projet fonctionne admirablement et j'ai envie de rire et de chanter, heureuse de ce rapprochement inédit entre nous tous....

Pour des explications plus précises, n'hésitez pas à consulter la page facebook de "La Corde sensible", animée par deux des participants au week-end, une belle rencontre de plus.
Merci Mask pour ce joli moment de partage que j'ai beaucoup apprécié....